Marjolein-south-dakota-art-museum00000

Ressentir le sens

Ou, qui a inventé ma vie ?

Pendant plus de vingt ans, mes créations ont été réalisées principalement avec de la laine.

Toutes sortes de choses sont nées : jouets, écharpes, robes et sacs à main, mais aussi tentures murales, sculptures et costumes fantastiques.

Si le médium est le message – comme l’a dit le Canadien Marshall McLuhan – quelle est la révélation que ce matériau devrait m’inspirer ?

Ne sommes-nous pas tous des artistes motivés par la tension entre le désir de communiquer et le désir de ne pas être vus ?

Les inspirations venaient et venaient de tant de directions – certaines de promenades dans la forêt, d’autres de lectures ou de visites d’expositions ; ensuite, il y a des idées directrices telles que les sept péchés capitaux ou des rêves comme le jardin des délices.

Mais pourquoi cette laine?South Dakota Art Museum 6

Pourquoi l’amour du feutre?

Pourquoi l’amour de modeler le feutre ?

La laine est légère et sauvage, elle existe dans tant de couleurs, de caractères et de qualités diverses qui nous surprennent mais qui nous donnent aussi la tranquillité parce que cela nous semble si étrangement commun !

Elle est chaotique, sauvage et indomptée, toujours très proche et intime de l’animal qui nous la fournit généreusement plusieurs fois par an.

Ensuite apparaît l’Art du feutrage, de l’enchevêtrement des fibres en un matériau ténu et solide pouvant être sculpté.

La laine devenue feutrée, ces poils doux et moelleux se transforment en une matière qui ressemble à quelque chose de proche de la peau d’un animal et peut-être même de notre propre peau !

En tant que laine, elle est libre et fluide, mais, une fois devenue feutre, elle est emprisonnée par ses propres cheveux.

En tant que substance, elle nous procure protection, chaleur, isolation, mais sa densité particulière peut également provoquer des sensations d’essoufflement, voire de suffocation.

La sensation de la laine invite à son toucher – nous, les feutrières, ne pouvons pas résister à l’attrait de ses possibilités.

Le façonnage du feutre, son processus de mise en place des fibres soigneusement peignées ou cardées suit sa propre vie : des dessins avec des motifs et des formes complexes se forment, des combinaisons de couleurs fascinantes apparaissent, plaçant les filaments de laine dans toutes les directions, parfois mélangées à de la soie ou à d’autres fibres.

Cette « peinture », ce froncement de cheveux, réalisée avec présence et attention de l’artiste est apaisante pour l’esprit. Le résultat est enchanteur !

Tout change lorsque nous commençons concrètement le travail du feutrage – qui consiste à ajouter de l’eau savonneuse, frotter et rouler, masser sans fin (Vous êtes-vous jamais demandé ce qu’il y avait derrière ce besoin de caresser notre matériau pendant des heures, souvent pendant des jours?).

Il faut commencer doucement pour donner à la laine le temps de se rassembler et comme pour l’apprivoiser, puis, petit à petit, la travailler avec plus de force ce qui l’enchevêtrera pour toujours dans une nouvelle forme au bout du processus de feutrage de cette laine.

Le durcissement final et la mise en forme sont intenses et parfois presque violents, surtout lorsque le travail final est volumineux et lourd.

Le travail physique intense peut être très gratifiant lors de la création de très gros morceaux – presque une expérience de «pic» !

Cela peut prendre des mois pour se préparer et cela peut être physiquement douloureux pour le corps, mais y arriver est très satisfaisant…

La vivacité de ce médium lui donne une sensation proche de notre peau. Le fait que nous le fabriquions presque uniquement avec nos mains, sans outils ni écrans, rend l’expérience de façonner la laine uniquement avec le toucher en une création totalement unique est vraiment remarquable.

Parfois, il semble que la fabrication semble être plus importante que ce qui est fabriqué. Habituellement, le résultat final laisse un sentiment de déception.

Néanmoins, l’idée suivante surgit déjà dans l’esprit et crée de l’enthousiasme pour le prochain projet.

Et le message?

Quel est le message que m’inspire toutes ces pièces sculpturales douces ?

Toutes ces créations qui ressemblent à des peaux mystérieuses ou des créatures de la mer ou peut-être des forêts enchantées.

Certaines nous rappellent des parties du corps, des organismes étranges qui ressemblent à des animaux mais qui ressemblent également à des plantes, des champignons ou peut-être des coraux.

Expriment-elles des sensations qui autrement resteraient inaperçues mais voudraient tellement être vues et «senties»?

En fait, tout l’art n’est-il pas lié à des questions existentielles?felted sculpture by Marjolein Dallinga for bloomfelt.com

Qui sommes nous ? Qu’est ce que la vie ?

Pourquoi la mort ? Quelle est l’intention de la sexualité?

Pourquoi la maladie s’insinue t-elle en nous ? Pourquoi sommes-nous aliénés de notre corps ?

Des questions pour lesquelles nous n’avons pas de réponses concluantes.

Peut-être que l’Art est une tentative de traiter toutes ces questions, d’y répondre comme la science et la religion essaient également à leur manière.

La plupart de mes œuvres d’art feutrées sont des expressions de la lutte contre le corps.

Elles concernent la mort et le sexe et expriment parfois littéralement des sensations ou des émotions.

Est-ce que cet art, ces pièces feutrées deviennent un moyen de vivre, un moyen de survivre ?

Inépuisablement, jour après jour dans mon esprit au réveil, fleurit la laine, se profile le studio et déjà la création suivante qui prend forme et vie.

La laine est légère et malléable mais elle est aussi modeste et tellement polyvalente.

Sa nature pardonnante est invitante, relativement peu coûteuse, facilement ouverte à de vastes expériences

La proximité du feutre, presque une seconde peau, une amitié sans ami.

Marjolein Dallingainspiration for bloomfelt

bloomfelt.com

Instagram: bl00mfelt

Facebook: Bloomfelt

Pinterest: Marjolein Dallinga

Bloom

Leave a Reply

Your email address will not be published.